201708_15aout_une

MICHEL FUGAIN

Michel Fugain, né le 12 mai 1949 à Grenoble, dans l’Isère, est le fils d’un ancien résistant devenu médecin (Pierre Fugain).

Durant ses premières années d’études supérieures, il se destine à une carrière de médecin. Sa passion pour le cinéma l’emporte sur la médecine, Michel Fugain débarque à Paris et fait ses premières armes en tant que second assistant du réalisateur Yves Robert. En 1964, son ami Michel Sardou lui propose de le rejoindre sur le label Barclay avec lequel il vient de signer ; Michel Fugain devient l’un des compositeurs-maison pour Hugues Aufray, Hervé Vilard, Dalida ou Marie Laforêt et travaille à ses propres chansons.

En 1967, la composition « Je n’aurais pas le temps » sur des paroles de Pierre Delanoë, clôt son premier album. Editée sur son deuxième EP, elle devient un succès inopiné. La chanson est ensuite adaptée en anglais par John Rowles qui en fait un hit outre-Manche. Entre 1969 et 1971, Michel Fugain sort quelques simples (« Le Temps met longtemps ») et écrit la comédie musicale Un Enfant dans la Ville.

Le bon esprit qui caractérise ses chansons participe à l’air du temps. Le mode de vie hippie qui sévit sur l’Hexagone au début des années soixante-dix lui donne l’idée de former un groupe communautaire avec de jeunes chanteurs et danseurs. Ce sera le Big Bazar qui voit le jour en 1972 et obtient dès le premier disque un succès considérable grâce aux mélodies et au flair de Michel Fugain : « Attention, mesdames et messieurs », « Fais comme l’oiseau » (adaptation de l’air « Vocé Abusou » signé par le duo brésilien Antonio Carlos e Jocafi), « Une belle histoire » (Pierre Delanoë) et « C’est la fête » (Maurice Vidalin). À sa période plus forte, le groupe compte jusqu’à trente-cinq membres.

Le rêve d’autogestion qui domine les hit-parades au milieu des années soixante-dix s’achève sur une triste note en 1977 après quatre albums. Le chanteur sort en solo Un Jour d’Été Dans Un Havre de Paix (1977) avant de repartir en groupe. La Compagnie Fugain qui prend le relais compte dans ses rangs l’humoriste Roland Magdane, le temps d’un Faites-Moi Danser ! et d’un Olympia conservé sur un double album (1978). Le succès revient en 1979 avec « Les Sud-Américaines » sur un air de samba.

La même année, Michel Fugain fonde une école de spectacle dans les Studios de la Victorine à Nice. L’atelier est destiné à former les jeunes artistes aux comédies musicales. Une nouvelle activité occupe le patron, la production d’émissions de télévision. Cependant, Michel Fugain n’envisage pas d’arrêter de chanter et livre régulièrement des simples et albums comme Capharnaüm en 1981, le 45-tours « La Fille de Rockfeller » en 1985 et le carton du festif « Viva la vida » en 1988. L’année suivante paraît un nouvel album incluant un duo avec Véronique Jannot (« Comme une histoire d’amour »), suivi d’un double album live en 1991 et de l’original Sucré-Salé en 1992.

Durant les années 1990, Michel Fugain continue d’enregistrer tout en prenant ses distances avec le show business. Derrière un optimisme de surface (« Tout va changer »), ses chansons se font l’écho d’une société en proie à l’intégrisme (« La liberté, demandez-la ») et autres dangers. Sortent les albums Plus Ça Va (1995, avec Kent), Petite Fête Entre Amis (comprenant des duos avec I Muvrini, Trio Esperanza, Kent, Maurane, Didier Sustrac, 1996), De L’Air ! (1998) et Encore (2001).

Il revient en 2005 pour la comédie musicale Attention, Mesdames et Messieurs diffusée sur M6 et sort l’album Bravo et Merci rendant hommage à Charles Aznavour, Claude Nougaro et Maxime Le Forestier en 2007. La même année sort l’autobiographie Des rires et une larme.

Hyper actif et volontaire, Michel Fugain marque l’année 2011 par une série de mini-albums de six titres parue au gré des saisons. Le premier échantillon de Bon An, Mal An, Le Printemps, voit le jour en mars, le suivant en juin, etc. L’ensemble forme un nouvel album original de dix-huit chansons. Après avoir annoncé une dernière tournée, Michel Fugain fait marche arrière et s’entoure de douze jeunes musiciens pour un nouveau concept. C’est dans un esprit de troupe qui lui est cher que Michel Fugain lance en septembre 2013 le Projet Pluribus, porté sur scène par le spectacle du même nom. En 2017, c’est toute la nouvelle génération de la chanson qui rend hommage à son répertoire et l’entoure sur Chante la Vie Chante, auquel participent, aux côtés de Corneille, Ben l’Oncle Soul, Chimène Badi et Patrick Fiori, les jeunes Claudio Capéo, Slimane, Kids United, Damien Sargue, Florent Mothe, Olivier Dion, Victoria, Anaïs Delva, Mickaël Dos Santos, Victoria, Sophie Tapie et Arcadian.

 

http://michelfugain.fr/